Les Musiques Electroniques

La découverte des sons électroniques

1874

invention du télégraphe musical par Elisha Gray . Il est muni d'un clavier de deux octaves et fais vibrer des lamelles métalliques grâce à  des électro-aimants. Elle

invente également l'electromusical piano et la harpe électrique avec Graham Bell

1877 

Invention du phonographe par Edison, premier lecteur commercialisé de musiques enregistrées, d'abord sur cylindres puis sur disques

1897 

Invention du telharmonium 

par Thaddeus Cahill,

il fonctionne à l'aide

de 408 dynamos !

1938 

Johanna Magdalena Beyer,  une pionnière de la musique électronique et de la synthèse du son, elle compose et produit "Music of the Spheres", une des premières compositions pour instruments acoustiques et électroniques. 

1956  

Depuis leur studio

d'enregistrement  New Yorkais

Bebe et Louis Barron produisent la B.O. de la Planète interdite produit par la MGM. Entièrement composée électroniquement et enregistrée sur bande magnétique, à l'époque très couru par les musiciens d'avant-garde.

1957  

JMax Vernon Mathews,   à l'origine de la M.A.O. (musique assistée par ordinateur) ,il ne s'arrêtera pas après avoir sorti un son numériques mais pense et fabrique également les premiers convertisseurs analogiques/numériques 

1970

                 Kraftwerk nous livre le premier

          concert  de musique électronique filmé.

    

 Mais le public reste scotché…                       

                               ...ils n'ont jamais entendu de techno. 

1950 

 Pierre Schaeffer et Pierre Henry  nous offrent "La Symphonie pour un homme",  première  œuvre de musique concrète. Leur assistante Eliane Radigue Raconte son propre parcours ci_dessus

1964 

Le premier MOOG

Découvrez les moments clefs de l'histoire de la musique électronique.

1980's                                          

 

    House from Chicago                                                            

 

New Beat de Belgique

1990 ...

l'espace de travail et L'écoute

  L'environnement acoustique dans lequel nous travaillons est bien sûr primordiale, au delà du côté "feng shui" essentiel à la création artistique, le fait d'écouter normalement votre travail est à la base de tout travaux audio-visuels.

 

  En fait l'industrie du disque est très exigeante par rapport à l'écoute des studios (voir norme ISO)  et à la finalisation des oeuvres.

 

  Pour faire simple , votre track doit sonner de la même manière sur un vinyl , un CD ou un mp3,  nous devons donc avoir dans l'oreille une référence normalisée comme point de départ.

 

  De plus, et ce spécialement dans les musiques électroniques, triturer pendant des heures une fréquence extraite d'un enregistrement sauvage n'aurait aucun sens sans la précision d'un bon monitoring.

  Il est donc important d'avoir une réponse en fréquence la plus plate possible plutôt que de chercher une sonorité agréable à notre propre audition et donc de manière subjective. L'idéal est de placer un filtre (multi effets si l'on veut corriger tout les problèmes potentiels ) sur la chaîne d'écoute, couplé à un micro de précision, vous pourrez aisément équilibrer les défauts acoustiques de la pièce et des hauts parleurs. Une série de preset vous permettra également de simuler à peu près tout les autres  systèmes, à condition de posséder des moniteurs capables de reproduire tout le spectre sonore.  

Les Instruments,

les Boites à Rythme

Roland  TR-08


 

La série boutique du constructeur Roland forte d’une dizaine de modèles,

utilise la technologie de modélisation ACB pour la reconstitution des machines

légendaires qui ont  favorisé le développement de la house. La TR-08 est la copie exacte

de la TR-808 du début 80 qui comportait 16 sons de percussions et 32 motifs

programmables en 32 pas pour 12 morceaux. D’un poids de 1.3 kg, elle peut se monter

dans une station d’accueil et dispose de trois rangées de potentiomètres pour régler l’accent

des éléments percussifs, le transport, la programmation, etc.  Les connexions de la TR-08 sont actualisées

avec le port USB et les E/S audio, casque et MIDI. Le boîtier dispose également d’un petit HP et d’un emplacement de quatre piles pour six heures d’autonomie annoncée.

 

 
 
 
 
 
 
Korg Volca Beats


 

Le petit boîtier Volca Beats de Korg fait partie de la série Volca composée de six modules à la fois analogiques par le synthé Volca Keys, la basse line Volca Bass, le générateur de bass drum Volca Kick, la modulation de fréquence avec le Volca FM et le sampleur avec le Volca Sample. Tous possèdent la synchro MIDI In/Out pour chaîner plusieurs Volca ainsi qu’un mini haut-parleur et une autonomie par piles. Le module offre six parties éditables, un moteur PCM, un séquenceur 16 pas avec 8 mémoires de pattern, un effet Stutter, des fonctions Active step (ajoute ou supprime des pas) et Step jump (ne joue que le pas sélectionné) et peut être commandé via iOs pour le tap tempo ou les paramètres de swing.

 
Arturia DrumBrute


 

Entièrement analogique, la DrumBrute 

du constructeur Arturia contient 17 instruments

dont deux grosses caisses, une caisse claire,

un clap, un charley ouvert/fermé,

des cymbales et quelques percussions.

Son traitement interne intègre un filtre Steiner-Parker 

appliqué au Master Out

et elle dispose d’un séquenceur de 64 pas

avec possibilité de chaîner jusqu’à 64 patterns

en mode Song, tandis qu’une option

looper permet de boucler les rythmiques.

La machine dispose pour chaque fonction de nombreux contrôles

physiques en accès direct : boutons, pads, potentiomètres, etc.

La DrumBrute offre douze sorties audio séparées

pour chaque canal d’instrumentet intègre l’USB, le MIDI In/Out,

une E/S Clock et une sortie Mix en jack stéréo.

 
Moog DFAM


 

Le DFAM de Moog Music au format Eurorack est le complément naturel du Mother-32 avec qui il peut être associé au sein d’un même rack. Le module se spécialise autour des percussions analogiques, basses et effets rythmiques générés à partir de ses deux VCO qui s’étendent sur cinq octaves potentiels avec formes d’onde carré et triangle. Le DFAM est équipé d’un filtre « ladder » quatre pôles à 24 dB/oct. avec sélecteur LPF/HPF et d’une entrée audio externe comme source de synthèse soustractive pour une autre machine. Il possède aussi un séquenceur huit pas différents de celui du Mother-32 avec des leds indiquant le pas en cours d’exécution. Son patch permet 24 points de connexion mais il n’intègre ni mémoire, ni MIDI.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Elektron Digitakt


 

La Digitakt du constructeur suédois Elektron regroupe une BAR

et un sampleur et dispose en plus de la compatibilité Overbridge 

pour se transformer en une interface audionumérique 2 x 2 compatible CoreAudio,

ASIO et WDM ou envoyer les huit pistes internes dans les pistes séparées

d’une DAW en 24 bits/48 kHz. Ses caractéristiques comprennent huit pistes MIDI,

un filtre multimode, un LFO et une distorsion assignable par piste,

des sends pour des effets de delay et de réverb,

une mémoire de 64 Mo et 1 Go de stockage. On peut « detuner » chaque sample

jusqu’à deux octaves en mode chromatique. 

La connectique comporte deux E/S en jack 6,35 symétrique,

trois MIDI In/Out/Thru avec synchro DIN et un port USB.

Le D.A.W (digital audio workstation)

Les instrumentsVST(virtual studio technology)

L'alternative

La nouvelle génération MASCHINE accélère notre workflow de groovebox classique et le rend plus intuitif. Optimisée à partir des retours utilisateurs, elle regorge de nouvelles fonctionnalités qui te permettent d'être plus rapide et plus concentré, sans interrompre ton flux de travail.

les synthétiseurs

lE Djing

UNDER CONSTRUCTION,

more soon

Les diFférents style de musiques électroniques